Une sélection Xavier Dolan sur OCS

Les Amours imaginaires, Tom à la ferme, J'ai tué ma mère, Juste la fin du monde, Laurence Anyways et Mommy
 

Génie, jeune prodige, surdoué du cinéma, les superlatifs ne manquent pas lorsqu'il s'agit de définir Xavier Dolan. Jeune, visionnaire, en quête de sens, d'identité et d'amour, Xavier Dolan cherche, explore, fouille, se confronte, s'expose... et, à la fin de l'envoi, il touche !".

"Mes premiers films, ce sont des films d'exploration, je pars dans toutes les directions. Ils sont romantiques et fous."

L'amoureux, ce funambule...

Les Amours imaginaires

LES AMOURS IMAGINAIRES

Le film s'ouvre sur l'arrivée d'un nouveau venu au sein d'un groupe d'amis qui va mettre à rude épreuve les liens d'amitiés de Francis et Marie.


"Comme jaloux je souffre quatre fois : d'être exclu, d'être agressif, d'être fou et d'être commun." Fragments d'un discours amoureux de Roland Barthes.

Dès le début du film, le titre Le temps est bon accompagne les protagonistes :

"Le temps est bon, le ciel est bleu
J'ai deux amis qui sont aussi mes amoureux
Le temps est bon, le ciel est bleu
Nous n'avons rien à faire, rien que d'être heureux..."

Très vite suivi de : Bang Bang

"[...] Io sparo a te
Bang bang
Tu spari a me
Bang bang"

"[...] Je te tire dessus
Bang Bang
Tu me tires dessus
Bang Bang"

Réalisé en 2010 a seulement 21 ans, Les Amours Imaginaires suit Francis et Marie, deux amis de longue date qui s’éprennent en même temps d’un magnifique séducteur aux boucles blondes et au charisme troublant : Nicolas (interprété par Niels Schneider).

Leur trio va rapidement se transformer en relation malsaine où chacun passe son temps à  décortiquer, déchiffrer, interpréter les mots et gestes de celui qu'il aime...

Une comédie « légère » qui raconte le sentiment amoureux avec force et révèle comment l'aventure amoureuse, quelle qu’elle soit, place chacun de nous sur un fil suspendu, une corde raide et ténue entre réalité et imaginaire. Une "pathologie" amoureuse parfaitement mise en lumière par Xavier Dolan.

Après avoir remporté trois prix à la 41e Quinzaine des Réalisateurs avec J'ai tué ma mère, lors du Festival de Cannes 2009, Xavier Dolan est sélectionné dans la catégorie Un Certain regard au Festival de Cannes 2010 pour son deuxième film Les Amours imaginaires. Coup de coeur du Festival, ce dernier a reçu le prix "Regards jeunes", en marge de la compétition.

Tom à la ferme

TOM A LA FERME

Adapté d’une pièce de théâtre du dramaturge Michel Marc Bouchard Tom à la ferme relate l'expédition d'un citadin branché à la campagne pour assister aux funérailles de son petit ami. Personne ne connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Xavier Dolan expérimente ici un tout autre genre, celui du thriller psychologique, parsemé de références, qu’il réinvente à sa manière. L'arrivée de Tom, homosexuel peroxydé dans ce milieu rural et figé provoque une onde de choc. La rencontre avec un beau frère menaçant et malsain, la confrontation avec une belle mère maintenue dans le mensonge et l'ignorance... Une excursion en eaux troubles entre effroi et dérision.

J'ai tué ma mère

J'AI TUE MA MERE

Hubert Minel n'aime pas sa mère. Du haut de ses 17 ans, il la jauge avec mépris, ne voyant que ses pulls ringards et sa décoration kitsch. Au-delà de ces irritants aspects du quotidien, il y a aussi la manipulation et la culpabilisation dont joue sa génitrice. Une relation amour-haine qui l'obsède sans pour autant effacer le souvenir de l'amour qu'il portait à sa mère dans l'enfance. Un film personnel, qui fait suite à une nouvelle rédigée alors qu'il était lycéen : Matricide.

"j'ai écrit J'ai tué ma mère en misant sur le côté hyperréaliste des détails irritants du quotidien, et en tentant (...) de démontrer la dichotomie des sentiments, et d'évoquer la nostalgie, le souvenir de l'enfance" Xavier Dolan.

Juste la fin du monde

JUSTE LA FIN DU MONDE

Famille je vous aime... Juste la fin du monde vous embarque dans un huis-clos familial, un monde rempli de non-dit et de névroses. Réalisé d'après une pièce de Jean-Luc Lagarce, Juste la fin du monde démontre une nouvelle fois l'étendue du talent du cinéaste et la justesse de son écriture. Lauréat du grand prix spécial à Cannes, c'est à nouveau un gros succès en salle en France. Le premier film sans accent (québécois) mais toujours en nuances. Le héros, la trentaine, incarné par Gaspard Ulliel, revient dans sa modeste famille provinciale, avec le projet d'annoncer sa mort prochaine. Il n'a pas vu "ses proches" depuis douze ans. Le film met en évidence l'impossibilité de communication entre certains êtres, la gêne qui en découle, l'hystérie qu'elle suscite.

Laurence Anyways

LAURENCE ANYWAYS

En 2012, Xavier Dolan signe Laurence Anyways. Laurence qui, le jour de son trentième anniversaire, confie à sa partenaire Fred son désir de devenir une femme. 
Melvil Poupaud, livre une interprétation magistrale. Professeur de lycée, la décision de Laurence de changer de sexe va faire vaciller son monde et causer le désespoir de l'amour de sa vie. Amour impossible, impossible amour, amour utopique Laurence Anyways, l’amour de toute façon l’amour quoiqu’il arrive, quelque-soit le chemin, qui que soit cet autre…

Mommy

Trois êtres écorchés, trois histoires, un même espoir.

MOMMY

Une veuve mono-parentale hérite de la garde de son fils, un adolescent profondément turbulent. Ensemble, ils tentent de joindre les deux bouts, notamment grâce à l'aide inattendue de la mystérieuse voisine d'en face, Kyla. Tous les trois, ils retrouvent une forme d'équilibre et, bientôt, d'espoir.

 

Xavier Dolan, une oeuvre qui, comme son coeur, balance entre drame et comédie, douleur et amusement, crudité et poésie. Un coeur qui fait rire autant qu'il fait pleurer et nous rappelle ces quelques lignes de Musset après avoir assisté au Misanthrope de Molière :

 

"J'admirais quel amour pour l'âpre vérité
Eut cet homme si fier en sa naïveté,
Quel grand et vrai savoir des choses de ce monde,
Quelle mâle gaieté, si triste et si profonde
Que, lorsqu'on vient d'en rire, on devrait en pleurer !"

 

Découvrez, retrouvez, embrassez Xavier Dolan, en juillet, sur OCS !

© D.R.
© Clara Palardy.
© 2009 Mifilifilms
© 2016 - 9316-5058 Québec Inc. (une filiale de Sons of Manual inc.) / MK Productions / France 2 Cinéma/ My Unity Production/ 120 Films.
© 2014 Impuls Pictures AG.
© Shayne Laverdière.


Article créé le Mardi 21 juillet 2020 - 16:18