Succession, une plongée au coeur d'un univers impitoyable !

Le pouvoir ne se donne pas, il se prend...

screenshot

Logan Roy se prépare à passer le relais, c'est ce qui est envisagé et qui, visiblement, a du mal à se mettre en place. Les Roy doivent en effet lutter pour conserver leur empire médiatique et les menaces sont nombreuses et intestines.

Il est vrai que le choix d'un(e) successeur n’est pas chose anodine. Trouver un héritier, déterminer si celui-ci est digne d'un legs aussi gigantesque, puissant, imposant... écrasant.

Existe-t-il un être pour mériter une telle succession ?!

Roy Logan, d’origine écossaise et de basse condition, est devenu un richissime magnat des médias et règne en maître sur le Waystar Royco, cinquième conglomérat financier mondial (journaux, télévisions, télécoms, parcs d’attractions…) tout comme sur sa famille.

La première saison commence au moment même où Logan Roy suggère qu’il est temps pour lui de se retirer des affaires. Son successeur naturel semble alors tout désigné en la personne de Kendall, son second fils.

Mais rien n’est trop évident dans ce monde implacable et cruel. Entre un self-made man rompu à l’exercice sous toutes ses formes et un jeune lionceau qui s’effraie de ses premiers rugissements… Il y a là un fossé pour ne pas dire un abîme.

Chez les Roy, chacun joue sa partie en agissant dans son propre intérêt et chacun passe son temps à déjouer les ruses des uns et des autres... Un pas de danse plutôt complexe qui doit être exécuté sans faille dans le salon de ces fascinantes dynasties.

Famille dysfonctionnelle s’il en est, le psychodrame est omniprésent, les névroses à vif.

Privilégiés détestables, milliardaires dépravés, les membres de ce clan sont prêts à tout pour assouvir leurs désirs sans jamais parvenir à étancher leur soif.

Les répliques fusent, directes, cinglantes et cruelles à souhait.

Cynisme, manipulation indécence, tout un monde qui s’apparente, de près, aux mythes des Dieux. Et, en mythologie comme en affaires… tuer le père est une donnée clef.

Alors, dans la famille Roy, retrouvez Logan (Brian Cox), le patriarche, le bâtisseur d’empire, le lion, là-haut, tout-là-haut, tout en haut de la chaîne alimentaire. Celui qui rugit et, se faisant, fait frémir d’un coup d’un seul absolument tout ce qui l’entoure.

Puis demandez le fils Kendall (Jeremy Strong), l’apprenti successeur, l’indécis, le mort de peur qui malgré tout essaie, tente, s’élance et puis reprend un rail de coke.

Roman (Kieran Culkin), le plus déjanté, celui dont le fléchissement pour ne pas dire vacillement des limites est le plus éblouissant… au sens des yeux qui brûlent.

Il y a aussi cette chère petite Shiv (Sarah Snook) qui règle son mariage comme un partenariat professionnel et qui s’embourbe dans une logique redoutable.

Quant à l'aîné, Connor (Alan Ruck), il fait face à nombre de lubies aussi multiples que délirantes.

Succession, l'intégrale des saisons 1 et 2.

Article créé le Mardi 5 novembre 2019 - 10:36