Rita Hayworth, la Création d’un Sex-symbol

Un documentaire de Julia Kuperberg et Clara Kuperberg disponible dès le 8 novembre

Consacrée par Gilda, Rita Hayworth a suscité nombre de fantasmes. Beaucoup se sont penchés sur son parcours pour raconter l'histoire de cette déesse de l'amour. Le documentaire inédit de Julia Kuperberg et Clara Kuperberg se propose de lui rendre la parole tout en décrivant ce que cela signifiait d’être une actrice de type hispanique à Hollywood dans les années 1940. Comment a-t-elle fait pour survivre dans ce monde patriarcal, “wasp” et abusif ?

“ Les hommes s’endorment avec Gilda et se réveillent avec moi ”

Danseuse repérée par la Fox, on lui impose d’emblée des changements drastiques : elle doit changer son nom, effacer toute ethnicité hispanique, se « blanchiser ».

Elle devient un véritable produit de studio, modelé à l’image que l’on a choisi pour elle : on l’oblige à perdre du poids, à se faire arracher des molaires pour affiner son visage, et à subir de douloureuses séances d’électrolyse pour roussir ses cheveux, dont l’implantation est décalée.

La transition en icône a commencé.

Avec le rôle de femme fatale dans Gilda, elle devient à tout jamais le sex-symbol qu’Hollywood a créé. Elle représente, à travers le système des studios, ce que toutes les actrices ont dû subir pour survivre dans ce monde dominé par les hommes. Les femmes ne vivaient pas à Hollywood, elles survivaient. Symbole d’un système souvent abusif et misogyne, Hayworth devint une icône fragile du septième art, qui a imprimé à jamais la pellicule et nos imaginaires. Beaucoup se souviennent de Gilda. L’idée de ce documentaire est que l’on se souvienne aussi et surtout de Margarita Carmen Cansino. De lui rendre justice.

A la fin de sa vie, touchée par la maladie d’Alzheimer, elle dira :

« Je ne veux pas qu’on se souvienne de moi comme d’une histoire triste ».

Découvrez Rita Hayworth, la création d'un sex symbol et Rita Hayworth : Dancing into the dream sur OCS.

Article créé le Mardi 13 octobre 2020 - 16:56