Hommage à Belmondo

L'as des as a abattu sa dernière carte...

Une dernière cascade, un dernier sourire insolent, Le magnifique a tiré sa révérence.

Au cœur de la faune, celle des acteurs, Bébel était un lion, puissant, fier, majestueux et triomphant.
Le geste sûr et efficace, il incarnait le panache. Il traversait nos vies en la saupoudrant de frasque et de fantaisie, dispensant la joie et l’espoir avec un naturel déconcertant.

Bébel, une allure, un style, un sourire carnassier et un phrasé aussi singulier que réjouissant. Son départ sonne la fin d’un règne, d’une époque, d'une gouaille, le crépuscule d'une gueule d'amour, pleine de charme, plus qu'un jeune premier.

Tous les français, soudain, ont perdu un frère, un cousin, un copain. Jean-Paul Belmondo, c’est cela : la vitalité, la chaleur, la simplicité, une façon si attachante de ne pas se prendre au sérieux, mais de prendre le public et le cinéma au sérieux.
De films cultes en répliques mémorables, il nous a marqué de son empreinte à tout jamais. Que de merveilles au panthéon de nos mémoires : A bout de souffle de Godard, La ciociara de De Sica, les délicieux Philippe de Broca : L’Homme de Rio, Cartouche !... Et que de souvenirs plus intimes, le dimanche soir, en famille, devant L’Alpagueur, l’As des as, l’Incorrigible, au rythme trépidant, plein de rebondissements, d’exploits incroyables, de bonne humeur et de panache.

Un sens de la famille, un code d’honneur, une franche camaraderie : il est le père dont nous rêvions, l’ami fidèle, l’amant fantasque, le voyou au grand coeur… l’irrésistible marginal.

Boxeur, cascadeur, il avait le goût de l’effort et du risque, le sens de l’humour, de l’honneur, de la franche camaraderie et du spectacle généreux.
Dirigé par les plus grands, tout à la fois brutal et tendre, affranchi, il était unique en son genre tout comme la douleur qu’il nous inflige bien malgré lui.

Cet enfant gâté, cet homme de rio, ce professionnel, cet as des as … nous porte un coup, le dernier, et nous laisse à bout de souffle, sonnés, avec un vide béant.
Aujourd’hui il rejoint chez les enfants du paradis, les Gabin, Ventura, sans oublier l’ami de toujours Charles Gérard, nul doute qu’ils l’attendent, un verre à la main et la caméra au poing !

Charlotte et son jules
Disponible

charlotte

Jean est allongé sur son lit lorsqu'on frappe à la porte. C'est Charlotte, son ancienne amie qui l'a quitté quelque temps auparavant. Jean lui tient un long discours qui passe peu à peu de l'ironie aux reproches, de la supplique aux menaces.. Un film de Jean-Luc Godard.

Peur sur la ville
Disponible

peur sur la ville

Un soir, une femme habitant une tour à Paris reçoit l'appel d'un homme qui menace de lui rendre visite. Un peu plus tard on sonne à sa porte. Terrorisée, elle fait un malaise et se tue en tombant par la fenêtre. Le commissaire Letellier est chargé de l'enquête. Mais le policier est davantage préoccupé par Marcucci, un truand qu'il cherche à arrêter depuis deux ans suite à un braquage. Letellier est rapidement contacté par un certain Minos : l'homme lui annonce être responsable de la mort de la victime de la tour, et vouloir supprimer les femmes à la vie sexuelle dépravée. L'un des meilleurs Belmondo des années 1970, avec Henri Verneuil à la caméra : de l'action, de l'humour, et une ambiance angoissante parfaitement distillée.

Le corps de mon ennemi
Disponible

le corps

Cournai, dans le Nord de la France, est le fief de la famille Beaumont-Liégard, des industriels qui ont fait fortune dans le textile. Jean-Baptiste, l'actuel patriarche, est un intime du maire et du député et gère son entreprise d'une main de fer. François Leclercq, lui, est un ambitieux sans héritage qui a réussi à séduire Gilberte, la fille de Jean-Baptiste, ce qui lui a permis de s'introduire dans la puissante famille. Gérant d'une boîte de nuit appartenant à Liégard, François se retrouve mêlé à un double meurtre et est envoyé en prison. Gilberte, elle, épouse un riche aristocrate pour faire taire les rumeurs. Entre film policier et peinture sociale, un Verneuil bien interprété.

La Scoumoune
Disponible

la scoumoune

Dans les années 1930 à Marseille, victime d'une machination orchestrée par le caïd Villanova, le truand Xavier Saratov est arrêté par la police. Un cadavre se trouve dans sa voiture. Pour le sortir de ce mauvais pas, sa soeur Giorgia fait appel à Roberto, ami d'enfance de Xavier surnommé "la Scoumoune", autrement dit le "porte-poisse". Roberto parvient à décimer la bande de Villanova mais écope de quinze ans de réclusion, sans réussir à éviter la prison à son ami. Tous deux se retrouvent dans la même maison d'arrêt et se voient proposer un travail de déminage lorsque la guerre éclate.

Un singe en hiver
disponible

un singe

Albert Quentin, ancien fusilier marin en Chine, est le patron d'un petit hôtel dans les environs de Deauville. Lors d'un bombardement en juin 1944, il a juré à sa femme qu'il ne boirait plus une goutte d'alcool. Une promesse qu'il va tenir jusqu'à l'arrivée de Gabriel Fouquet. Depuis le départ de sa femme pour Madrid, le jeune publicitaire noie son chagrin dans le vin. Ensemble, les deux hommes vont vivre une nuit d'ivresse pendant laquelle l'un pleurera sur sa vie de couple ratée et l'autre reviendra sur son passé militaire en Chine. Sur un scénario inspiré d'un roman d'Antoine Bonin, Henri Verneuil orchestre la réjouissante rencontre entre Jean-Paul Belmondo et Jean Gabin, soit la jeune et la vieille garde du cinéma français.

100 000 Dollars au soleil
Disponible

belmondo

Travaillant pour le compte d'une société de transports implantée au Maroc, Rocco est un chauffeur routier qui apprécie les grands espaces et les routes chaotiques qu'il parcourt à longueur d'année. Un jour, Castigliano, son patron, engage un dénommé Steiner pour transporter une mystérieuse cargaison vers le Nigéria. Aidée par la belle Pepa, Rocco s'empare du puissant poids-lourd sur lequel le chargement se trouve. Fou de rage, Castigliano lance Marek et Steiner aux trousses de Rocco. Mais le jeune voleur connaît parfaitement les pistes du désert marocain. Très vite, il tend un piège à ses poursuivants. Des dialogues signés Audiard, des acteurs en pleine forme et un scénario taillé pour l'aventure : un des très gros succès du cinéaste Henri Verneuil.

Les mariés de l'an 2
Dès le 27/09

mariés

Exilé en Amérique où il a fait fortune et rencontré une jeune héritière qu'il veut épouser, Nicolas Philibert est de retour en France pour demander le divorce à sa femme. Mais entre temps, la révolution a éclaté et Nicolas est bien étonné de retrouver sa femme dans le camp des royalistes !

Retrouvez la Théma Jean-Paul Belmondo sur OCS.

© 1965 GAUMONT
© 1962 Cité Films
© 1972 STUDIOCANAL - Praesidens Films
© 1992 Studiocanal Annabel Productions
© 1975 STUDIOCANAL - Nicolas Lebovici - Inficor - Tous Droits Réservés
© Les Films du Jeudi
PHOTOS ©VINCENT ROSSELL ©1976 STUDIOCANAL
Article créé le Lundi 6 septembre 2021 - 17:16