Cycle Antoine Doinel

Retrouvez le maître et son double, en octobre sur OCS

screenshot

« Antoine Doinel, Antoine Doinel, Antoine Doinel, Fabienne Tabard, Fabienne Tabard, Fabienne Tabard, Christine Darbon, Christine Darbon, Christine Darbon, Antoine Doinel, Antoine Doinel… »

Comment oublier cet exercice incantatoire dans Baisers volés ? A qui s’adresse-t’il ? Léaud à Antoine, Antoine à Antoine, Léaud à Truffaut, ou Truffaut à chacun de nous ?

Doinel, Doinel, Doinel… Seraient-ils plusieurs ? Mais oui, puisque le « cycle Doinel », cas unique, est l’aventure d’une vie de cinéma, où réalisateur, acteur et personnage se confondent.

400 coups

D’abord le petit gouailleur des Quatre cents coups, une jeunesse en fuite, mal aimée plutôt que maltraitée.

L’âge tendre chez Truffaut n’est pas un Neverland, une madeleine, un printemps.
Elle est une barrière à franchir, un cliché en noir et blanc, des jeux et des coups pendables, une révolte contre une mère qui n'en porte que le nom.

Sevré d’amour, le jeune Doinel ment, se débrouille, larcine, herbe folle allant de fugue en découverte, poussant où elle peut, jusqu’à une plage du nord à la fin du film, venant clore un monde, pour en ouvrir un autre.

 

colette

Vient Antoine et Colette, moyen métrage charmant : premiers émois, premiers écueils...
Antoine s’énamoure de Colette (M-F Pisier) rencontrée aux clubs des jeunesses musicales.
Un pied encore dans l’enfance, et l’œil robinsonnant vers une femme, vers les femmes, et vers un irrépressible besoin d’amour.

 

christine

L’Antoine de Baisers volés est différent, plus fantasque, plus affecté.
Drôle d’oiseau que ce veilleur de nuit transformé en détective privé, soudain envoûté lors d’une enquête par la si singulière, belle et déroutante Delphine Seyrig.
Quelle scène que la visite de la belle dans la chambre du héros ahuri, où sera volé plus qu’un baiser !...
Et Christine (Claude Jade), en contrepoint… Ingénieuse ingénue, qui veut Antoine, et deviendra son épouse, l’entrainant vers un âge plus mûr.

domicile

Dans Domicile conjugal c’est un Doinel désormais père de famille, alchimo-fleuriste que l’on découvre. Avec Christine tout semble aller bien, jusqu’aux premières habitudes, aux premiers reproches.
On retrouve alors avec plus ou moins de délice, un Antoine immature, menteur, fugueur, entre mariage buissonnier et mirage oriental.

Christine, incarnation de la grâce à la française, se bat avec ses armes, mais impuissantes à garder Antoine.

 

amour

L'Amour en fuite donc, pour un dernier film tout en réminiscences.

Antoine divorcé de Christine s’éprend d’une jeune disquaire (Dorothée) rencontrée d’une manière qui plaira aux amateurs de Jeunet ; et se fait romancier.

Film nostalgique, les extraits de sa vie défile, des Quatre cents coups au bonheur avec Christine, à la manière des paysages aperçus depuis le train où il s’est jeté pour rejoindre Colette entrevue depuis le quai.

Clôture sur la chanson de Souchon, un baiser, et adieu à l’anti-héros, que nous avons aimé, suivi, pendant plus de 20 ans, et dont la prochaine fugue, le prochain sourire se feront dans notre imaginaire.

Ces films ont fait l'objet d'une restauration en 4K HDR par MK2 avec le soutien de OCS et du CNC.

Les quatre cents coups dès le 18/10
Antoine et Colette dès le 18/10
Baisers volés dès le 19/10
Domicile conjugal dès le 19/10
L'amour en fuite dès le 21/10

 

© 1959 LES FILMS DU CARROSSE / SEDIF
© 1962 Ulysse Productions
© Raymond Cauchetier
© 1970 Les films du Carrosse / Valoria Films / Fida Cinématografica
© 1979 Les films du Carrosse

Retrouvez l'intégrale d'Antoine Doinel de Truffaut sur OCS

Article créé le Jeudi 23 septembre 2021 - 14:34