OCS OCS

Musée haut, musée bas

OCS

  • HD

Musée haut, musée bas

Grand éclat de rire du début à la fin, Musée haut, musée bas, propose une galerie de comédiens épatants : les acteurs, tous très investis, portent cette satire drôle et absurde. Entouré des meilleurs, Ribes a attribué 120 rôles à une constellation d'excellents comédiens où chacun donne le meilleur de lu-même en quelques phrases.

Le réalisateur, prisant la légèreté, nous plonge dans un périple au coeur de l'univers du musée. Délirant, inspiré, original, loufoque, inclassable, Ribes nous offre un film léger sur la vision de l'art.

Les répliques savoureuses s'enchaînent dans ce joyeux désordre où les situations absurdes sont poussées à l'extrême avec une remarquable fluidité.

Les plans sont travaillés dans les moindres détails et les couleurs magnifiques insufflent au film son identité si particulière.

Tout est art dans ce film. Véritable tableau, l'humour corrosif et le burlesque ne peuvent que susciter l'adhésion du plus grand nombre !

une adaptation corossive


Adaptation savoureuse de la pièce éponyme à succès écrite par le réalisateur du film, c'est après avoir assisté à la première représentation de la pièce que l'agent de Jean-Michel Ribes, Dominique Besnehard, l'enjoint à en faire un film.

Quatrième film du réalisateur connu pour son célèbre Palace, Musée haut, musée bas est une véritable réussite sur grand écran. En recréant son oeuvre au cinéma,  Ribes redonne à sa pièce originale un nouveau souffle tout en gardant cet esprit si original.

satire de l'écologie et du monde de l'art


Politiquement incorrect, Musée haut, musée bat s'attaque notamment ironiquement à l'écologie (Michel Blanc directeur luttant fermement contre l'invasion de la nature) et est une satire des institutions culturelles et artistiques. Les allusions aux grandes théories esthétiques parsèment le film de manière légère et subtile.

nouveautés à la demande