Message XXX

Annuler

OCS OCS

New York plato TV

L'analyse exclusive et l'actu des médias US en direct de New-York

Cache-sexe et oreilles de lapin

Le Diable essaie de persuader quelqu'un de le suivre en Enfer. Pour cela, il lui montre une vidéo de l'endroit où tout n'est que luxe, calme et volupté. Affriolé par ce qu'il vient de voir, le gars signe tout de suite un pacte avec Lucifer. Mais arrivé en Enfer, il découvre que c'est en fait bien pire que le pire de ses cauchemars.  Il se tourne alors vers le Diable et lui demande où sont les jolies filles et les plages paradisiaques du film. « Tu as vu le pilote, maintenant regarde la série », lui répond le Diable.

Cette histoire racontée par Steve Sternberg sur son blog thesternbergreport.com explique pourquoi il vaut mieux attendre le deuxième voire le troisième épisode d'une série avant de s'en faire une idée. Car ce n'est qu'une fois passé le vrombissement du bouche à oreille, et les fruits du plan marketing récoltés qu'on peut juger si la série est apte à réussir ce pour quoi elle faite : donner envie d'être regardée la semaine suivante. Et c'est souvent là que cela se complique.

La troisième semaine de la rentrée TV atteint son mitan, et il est déjà clair que certaines séries ont raté leur entrée tandis que d'autres pourraient vite prendre la porte : The Playboy Club (NBC) vient de fermer les siennes hier après trois performances pas vraiment émoustillantes. Avec une audience trois fois moindre que sa concurrence directe le lundi à 22 heures (Castle sur ABC et Hawai Five-O sur CBS) le soap-opéra mâtiné de thriller n'a jamais su tenir sa (sur-) promesse d'être un Mad Men grand public. Difficile pour Robert Greenblatt, le nouveau patron de NBC, de mettre un cache-sexe et des oreilles de lapin sur la triste réalité. 3.4 Millions de téléspectateurs et 1.2 points d'audience sur les 18-49 ans, ce Playboy Club-là n'était pas un club privé mais une réunion Tupperware.

Les Anges en danger

Tremblantes, les drôles de dames de Charlie's Angels pourraient bientôt suivre les Bunny Girls sur la voie de garage. ABC se tâte au vu des résultats. Passé l'effet de curiosité de sa première, le show a perdu jeudi dernier presque un tiers de son audience sur les 18-49 ans par rapport à son pilote : 7.2 million de téléspectateurs et 1.5 points d'audience. Ceux qui attendaient légèreté, enquêtes et costumes sexys en sont pour leurs frais. On leur conseille plutôt de regarder Pan Am (ABC) et ses hôtesses de l'air qui, en plus de proposer des mélanges  sucrés ou salés en tenue légère, s'engagent dans la guerre froide comme agents secrets.

Un manque total de fantaisie plombe les anges de Charlie, au contraire des films produits par Drew Barrymore qui manient plus volontiers le second degré et le kitsch. C'est d'ailleurs étonnant car l'actrice est à l'origine de la série.

The Playboy Club & Charlie's Angels, deux des séries les plus attendues de la rentrée étaient surtout attendues au tournant. La notoriété facile de marques déjà établies et une campagne marketing volontiers racoleuse (la couverture du magazine Playboy pour l'actrice Laura Benanti) auront suffi à attirer les curieux pour la première mais pas à les conserver.

Cela devrait faire réfléchir les chaines qui s'entêtent à lancer des remakes plutôt que de créer de nouvelles franchises. Deux projets autour de La Belle et la Bête sont actuellement en chantier chez CW et ABC, et CBS travaille sur un nouveau Ma sorcière bien aimée...

Tremblez, car l'enfer est proche !

Vincent Gaume

sujets récents

afficher tous les sujets