OCS OCS

New York plato TV

L'analyse exclusive et l'actu des médias US en direct de New-York

Le câble, 1ère destination de l'été (1/2)

Comme des grandes

À quelques heures du démarrage officiel de la saison 2009-2010 et avant que la grande machinerie des networks n'assourdisse l'espace médiatique, on risque de passer à coté d'un chiffre historique : 65%. C'est la part de marché des chaines gratuites du câble et du satellite cet été ! En clair, USA Network, TNT, ABC Family, FX et les autres ont rassemblé chaque soir de l'été près des deux tiers des téléspectateurs américains, contre moins d'un quart (23%) pour les networks ! 
C'est d'autant plus exceptionnel que la consommation du media n'a jamais été aussi élevée. Une étude Turner Research révélait il y a quelques jours que chaque américain a regardé en moyenne 32,2 heures de télévision chaque semaine. Record historique. 
Le peloton de chaines qu'on appelait il y a peu « de complément » est emmené par USA Network et TNT. Deux chaines qui ont fait depuis longtemps le pari de la production propre et des contenus originaux. USA fut l'une des premières à se jeter dans la bataille avec des shows identitaires programmés dans les interstices de la télévision dominante. Il y a 8 ans, le précautionneux inspecteur Monk entrebâillait la porte de USA network en plein été, qui plus est un vendredi. 
Depuis la chaine s'est enhardie, elle multiplie les séries et les programmes sans complexe tout au long de la semaine. Aux cotés de Monk, les espions de Burn Notice, les usurpateurs de Psych (Enquêteur malgré lui), les anges gardiens de In Plain Sight (U.S. Marshals, protection de témoins), et les increvables de Law & Order : Criminal Intent (New York Section Criminelle) ont offert à USA son meilleur été historique avec une moyenne de 3,6 millions de téléspectateurs chaque soir. Record d'audience battu pour une chaine gratuite CabSat.

TNT allume la poudre

Le challenger TNT s'appuie sur un positionnement moins généraliste que son concurrent puisque la marque de fabrique est le genre dramatique. « We know Drama » dit son accroche. Cet été, la chaine du groupe Turner avait décidé de tailler des croupières à USA Network avec une programmation en bloc de 6 séries originales diffusées entre le lundi et le mercredi. 
Aux cotés des vétérans The Closer et Saving Grace, le public a vu débarquer en juillet une cohorte de stars du petit et du grand écran : Jada Pinkett Smith en nurse au grand coeur dans Hawthorne, Timothy Hutton en redresseur de tort dans la saison 2 de Leverage, Dylan McDermott (The Practice) en sous-marin dans Dark Blue et enfin Mark-Paul Gosselaar (NYPD Blue) et Gloria Reuben (E.R.) dans la saison 2 de Raising the Bar, série de Steven Bochco qui fut à un cheveu d'être annulée. 
Cet impressionnant casting a permis à TNT de glaner une audience prime-time quotidienne de 2,5 millions de téléspectateurs. Et même si la domination de USA Network reste écrasante puisqu'elle diffuse 6 des 7 shows les plus regardés de l'été, TNT s'offre le haut du podium avec l'inoxydable Kyra Sedgwick : 7,8 millions de téléspectateurs en moyenne. The Closer conserve ainsi le titre de série CabSat la plus regardée de tous les temps (hors chaines premium). Hawthorne et Dark Blue avec 3,9 et 3,4 millions d?individus intègrent le top 5 des nouvelles séries tandis que Leverage progresse par rapport à sa saison 1 avec 4,1 millions.

Antihéros ou gendres idéaux ?

Mais le véritable vainqueur de l'été est la série Royal Pains sur USA Network. 7,1 millions de téléspectateurs ont suivi chaque semaine cette série dont l'ambition se limite à divertir les foules, ce qui n'est pas si mal. Le pitch : un médecin perd son emploi en vue à New York, déprime puis s'échappe avec son frère dans les très cossus Hamptons, squatte là-bas une soirée mondaine et par un concours de circonstances se réinvente docteur des stars et des puissants. 
Gentiment ironique, pas prétentieuse pour un sou, légère et sympathique, la série semble être la démonstration faite par le câble de la théorie du « Comfort Food » appliquée avec succès par les dirigeants de CBS. En bref, dans les mauvais moments, les téléspectateurs veulent se sentir bien en regardant la TV. 
L'énorme succès de Royal Pains est à rapprocher de celui de The Mentalist sur CBS la saison dernière. Tous deux descendent à leur manière d'un Thomas Magnum, en mêlant décontraction et suspense light. Les héros de la dernière saison TV sont propres sur eux et ont de bonnes têtes de gendres idéaux. Cela pourrait-il annoncer la fin des antihéros qui (sur-)peuplent l'univers télévisuel actuellement ? L'échec de la dernière saison de Rescue Me (FX) pourrait en être une preuve. Avec 1,4 millions de téléspectateurs, le pompier alcoolique et cynique de New York a perdu plus d'un tiers (38%) de son audience cet été. House (Fox) est prévenu !
NBC s'est essayé à ce type de shows contre-révolutionnaire avec The Philanthropist. Cette fois le brave gars est un playboy milliardaire en quête de rédemption depuis qu'il a été confronté personnellement à la misère du monde... De bonnes critiques, un démarrage encourageant (7,4 millions de téléspectateurs le 24 juillet) n'ont pas empêché la série produite par Barry Levinson et Tom Fontana de se tasser rapidement autour des 5 millions. La noble volonté d'aromatiser les scénarios avec de la géopolitique pakistanaise, ou quelques références a la junte birmane a sans doute été rédhibitoire pour le public américain. Le bon coeur a ses limites et aux Etats-Unis elles sont souvent géographiques.

(A suivre)

Vincent Gaume

sujets récents

afficher tous les sujets