Message XXX

Annuler

OCS OCS

New York plato TV

L'analyse exclusive et l'actu des médias US en direct de New-York

États-Unis en pointe

La Coupe du Monde de Football est pour les Américains une compétition internationale se jouant sur des terrains de sport et non un mélodrame hystérique où l'on se déchire entre vestiaires, aéroport et terrains d'entrainement.

Et pourtant, l'évènement semble être largement suivi cette année aux États-Unis. L'audience des huit premiers matchs de la Coupe du Monde 2010 dépasse ainsi de 80% celle de 2006.

Les chaines ABC et ESPN qui la retransmettent se frottent déjà les mains d'avoir misé sur le ballon rond. Le premier match des États-Unis face à l'Angleterre a attiré sur ABC près de 13 millions de téléspectateurs un samedi après-midi. Une telle audience n'avait jamais été atteinte depuis les 15.8 millions des 16èmes de finale de la Coupe du Monde 1994. Celle-ci se déroulait à l'époque sur le sol américain, avait eu lieu le jour de la fête nationale et opposait les Américains au Brésil.

La comparaison est donc flatteuse.

Le deuxième match des américains n'était quant à lui pas diffusé sur le network ABC mais sur la chaine du câble ESPN. Pourtant USA/Slovénie, match intense qui a vu les américains revenir au score après avoir été mené 2-0 se place sur le podium des meilleures audiences foot de la chaine sportive : 3ème place pour cette confrontation qui n?était pas vraiment une affiche et 5.2 millions de téléspectateurs.

Des pieds et des mains

Le monde du football fait depuis longtemps des pieds et des mains pour installer son sport dans la Galaxie des spectacles sportifs américains : les stars du ballon rond viennent y finir leur carrière en club (Pelé, Beckham et peut-être bientôt Thierry Henry), les sponsors déversent des millions de dollars en campagnes marketings, les clubs les plus huppés d'Europe y enchainent les tournées de promotion. Las, le « soccer » n'a jamais vraiment pris pied ici. Le sport le plus pratiqué au monde ne fait pas le poids face aux sports chéris : Football américain, Baseball et Basketball.

Alors faut-il prendre au sérieux cette année la sempiternelle formule « Cette année verra l'explosion du football sur le sol américain » ? Deux facteurs importants pourraient changer la donne en 2010 et lui donner du crédit.

Premièrement, l'enjeu sportif. L'équipe américaine est désormais respectée par ses adversaires, depuis son quart de finale en 2002 et sa finale de la Coupe des Confédération en 2009. Si bien qu'elle fait figure d'outsider possible pour passer quelques tours dans la compétition. Encore faudra-t-il battre l'Algérie mercredi prochain.

D'autre part, ESPN a mis des moyens sans précédent pour couvrir l'évènement : une équipe de 300 personnes a été déployée en Afrique du Sud, la totalité des matchs est retransmise sur les antennes du groupe, ESPN diffuse une émission quotidienne en prime-time (de bonne qualité) d'analyse et de commentaires par Ruud Gullit et Jürgen Klinsmann, sans parler de la couverture digitale d'excellente qualité  Bref, on est loin de 2006 où la chaine n'avait pas jugé bon d'envoyer ses commentateurs sur place en Allemagne.

Un autre facteur peut expliquer la montée en puissance du football sur le terrain audiovisuel US : c'est le sport fétiche des hispaniques. Et ils seront bientôt 50 millions sur le sol américain. Cela explique pourquoi la chaine Univision n'a pas hésité à débourser près de 155 millions pour les droits hispanophones de la Coupe du Monde 2010. ESPN s'est quant à elle offert le package anglophone comprenant 2010 et 2014 pour 100 Millions. Les deux réseaux ne semblent pas se cannibaliser, Univision mettant avec succès l'accent sur les Équipes d'Amérique latine : le (funeste) France - Mexique est à ce jour le match le plus vu de la Coupe du Monde 2010 avec 5.8 millions de téléspectateurs.

Le Soccer s'attaque au Football

Comme toutes les compétitions sportives, le succès de la Coupe du Monde 2010 se mesurera à l'audience de sa finale. A ce jeu-là, on peut s'amuser à comparer avec les compétitions majeures : il sera dur de battre les 106 millions de téléspectateurs du SuperBowl 2010. Mais la finale des Playoffs de Basket qui vient de s'achever cette semaine est dans la ligne de mire : 18 millions de téléspectateurs en moyenne pour les 7 matchs qui ont opposé les Lakers de L.A. et les Celtics de Boston (28 M pour le 7ème match sur ABC). Pour mémoire, la finale Italie - France 2006 avait été vue aux US par 12 millions de fans en 2006.

C'était une autre époque.


Vincent Gaume

sujets récents

afficher tous les sujets