OCS OCS

New York plato TV

L'analyse exclusive et l'actu des médias US en direct de New-York

Flop ou Encore ? (2/2)

Ce qui est rassurant avec les Grands Hommes, c'est que leur grandeur s'accompagne parfois de gros gadins. Prenez Michael Mann par exemple.

Manque de chance

Luck, le dernier poulain HBO avait tout du crack et un pedigree de champion. Jugez plutôt : David Milch à l'écriture, Dustin Hoffman devant la caméra et Michael Mann derrière. Soit, le scénariste de Deadwood, l'acteur au physique de jockey et le réalisateur de Collateral. Trois monstres sacrés couronnés au total par 2 Oscar, 6 Golden Globe, 5 Emmy Award associant leur extraordinaire talent dans une peinture du monde des courses hippiques.

Cela n'a pas empêché la série de trébucher lors de son premier tour de piste. Quelques semaines après le lancement de Luck et l'annonce concomitante de la signature d'une deuxième saison, HBO tourne casaque. Le troisième décès d'un cheval lors du tournage précipite l'arrêt de la série. Devant le tollé et la campagne de presse négative que s'apprête à mener les activistes de PETA, les producteurs et HBO préfèrent annoncer l'arrêt de la production le 14 mars dernier. Dans le but de préserver le bien-être des animaux, la série est donc euthanasiée.

Magnifiquement interprétée et somptueusement filmée, Luck a fait le délice des critiques et des amateurs d'hippisme de tout poil. Mais le fait est que d'un point de vue purement comptable, elle n'est pas vraiment sortie du lot. Avec 1.1 million de téléspectateurs lors de sa première diffusion le dimanche 29 janvier à 21 heures, le canasson tirait la langue derrière les Boardwalk Empire, True Blood et Game of Thrones, étalon médiéval-fantastique qui transporte tous les dimanches soirs 3.8 millions de téléspectateurs chaque semaine depuis le lancement de sa saison 2.

Evidemment, l'audience d'un show sur une chaine Premium n'est pas la seule et unique mesure de son succès.  L'équation est bien plus complexe. Il faut pondérer cette audience quantitative par les variables d'image, la capacité du show à élargir la cible de la chaine, à entrainer le renouvellement d'abonnement, à générer des retombées économiques annexes (DVD, VOD, ventes internationales), etc. A l'instar de True Blood, Luck aurait probablement pu conquérir de nouveaux téléspectateurs au fur et à mesure de sa course. Nul ne le saura jamais.

Duel à O.K. Corral

Il semble néanmoins que le tournage de Luck ait été le théâtre d'une lutte fratricide entre les deux (fortes) têtes pensantes du show. Si l'on en croit l'acteur Nick Nolte qui incarne dans la série un éleveur de chevaux, une mort violente a failli survenir sur le plateau, et pas celle d'un cheval cette fois.

L'acteur rapporte l'anecdote dont il a été le témoin : un jour où Michael Mann travaillait sur le montage d'un épisode et avait pris du retard dans sa livraison, David Milch est entré dans une colère noire. Il est allé chercher une batte de baseball dans le coffre de sa voiture pour... assassiner le réalisateur. Après avoir demandé à Nolte de prévenir son avocat s'il ne le revoyait pas d'ici une heure, Milch se dirigea vers la salle de montage.

Nick Nolte raconte la scène : Milch ouvre la porte avec fracas, Mann se retourne, les deux hommes se regardent en silence pendant une longue minute. Puis Mann reprend son travail. Milch se tient dans l'embrasure de la porte. Il observe le dos Michael Mann. Peut-être va-t-il lui fracasser le crane ? Constatant que le réalisateur travaille aussi vite qu'il peut décide de lui laisser la vie sauve.

Cet épisode révèle probablement autant le caractère bravache du scénariste que l'ambiance exécrable qui régnait sur le plateau.

Et c'est peut-être cela qui a perdu Luck, trop de talents voulaient en tenir les brides.

Vincent Gaume


sujets récents

afficher tous les sujets